LA PUDEUR DE LA PUDEUR

Rien qu’à observer les gens, on découvre parfois des mécaniques assez étranges dans le comportement humain.

Par exemple, un jour j’étais à l’hôpital et, évidemment, je patientais comme tout le monde. Il y avait à côté de moi un type avec une allure de gros « dur », l’air pas commode du tout. Il avait une jaquette d’hôpital sur le dos. Vous savez ce que c’est que d’avoir une jaquette d’hôpital sur le dos, c’est avoir « les fesses à l’air ».

Voilà que mon « dur » décide d’aller aux toilettes. Il saute de sa civière et s’en va d’un air de dur très décontracté. Mais il réalise soudain qu’il a «les fesses à l’air». Avec la pudeur que la vitesse du geste trahissait, le voilà qui attrape sa jaquette pour cacher ses fesses.

En jetant un oeil inquiet autour de lui, il réalise soudain que c’est sa pudeur qu’il est en train d’afficher.

Il lâche donc sa jaquette et reprend sa marche d’un air à nouveau décontracté.

Je venais de découvrir la pudeur de la pudeur.
_____________

Entre être et paraître, entre sentir et avoir, il faut choisir.

2013-08-15T14:37:23+00:00

Un commentaire

  1. Lucie Desilets 17/08/2013 à 9:31 am - Répondre

    Quand tu mets une jaquette en premier pour cacher les fesses et par la suite une jaquette pour cacher le devant comment appelles-tu ca? De la pudeur, de la prudence, de l’habitude,du confort?

    Bye

    Lucie

Ecrire un commentaire